Un peu d’histoire :

tunnel1En moins 30 avant JC, à la fin de la campagne d’Egypte, les soldats romains s’installèrent à Nîmes appelé Nemausus qui était une petite bourgade. Nîmes voit sa population accroire et ses besoins en eau par la même occasion.

Les romains décident  de chercher une source d’eau et leur choix se porte sur la fontaine de l’Eure. Son eau y est pure, son débit est suffisant et régulier même en été et la source se trouve en amont de Nîmes (à Uzès à 76 mètres contre 60 mètres à Nîmes car les romains ne connaissent pas le système de pompage.).

C’est ainsi que la construction de l’aqueduc reliant la source de l’Eure d’Uzès à Nîmes fut commencé. Il mesurera 50 kilomètres avec un dénivelé de 16 mètres. La distance sera multipliée par 5 par rapport à la distance réelle. La construction débuta en 40 après JC et finira en 70 après JC mais il fallut 50 ans de plus pour finir tous les réglages. C’est d’ailleurs en 50 après JC que le Pont du Gard fût bâti.

 

Les tunnels « Perrottes et Cantarelles » :

tunnel2C’est en 1974, que les tunnels ont été découvert par l’armée, en effet, au fil des siècles ils furent bouchés par de la terre et des gravats. Il se situe à Sernhac, au Vallon d’Escaunes et Cantarelles où se trouve une ancienne carrière.

L’aqueduc passe sous forme de deux tunnels, le premier se nomme « Perrotte », il trouve son nom de la colline qu’il traverse. Long de 60 mètres actuellement, il possède 3 cheminées de construction.

Le tunnel des « Cantarelles » quant à lui est de l’autre côté du vallon, il mesure 66 mètres et seulement 2 cheminées.

Le domaine de Poulvarel est attaché à l’histoire de ces tunnels, en effet, Pascal Glas (propriétaire) est natif de Sernhac, les tunnels étaient son terrain de jeu quand ces vestiges n’étaient pas encore découverts. Il voulut rendre un hommage en donnant leurs noms à deux de ses cuvées les plus prestigieuses.

tunnel3

                tunnel4

De nos jours, il est possible de se rendre sur les lieux pour venir découvrir les tunnels « Perrottes et Cantarelles » pour voir une face cachée de l’aqueduc.